samedi 22 septembre 2012

Montée Directe Nord Marboré - Gavarnie

Cela fait quelque temps déjà que j'avais envie de parcourir une voie longue, un grand voyage.

Recherche d'itinéraire, assurage en mouvement et terrain facile, j'ai le sentiment que l'on ne fait pas assez de voies dans ce genre !
Ça tombe bien, lors d'un petit séjour ("à thème" colos, bourrinage et gros dévers) à Rodellar avec Serge Castéran, en matant quelques photos de son été de boulot, cette voie retient mon attention !

Un coup de fil à Philippe, fidèle compagnon de cordée et une semaine après nous voici au pied des murailles du cirque de Gavarnie et des 1600m d'escalade qui devraient occuper une bonne partie de notre journée.

La Montée Directe Nord au Marboré que nous allons parcourir aujourd’hui peut se diviser en trois parties : le 1er étage ou l'on suit un cheminement entre les banquettes herbeuses et la grande cascade, le 2nd étage avec la très pomatoire "Crête des Druides" et la cerise sur le gâteau, le troisième étage avec "l'Arrête Passet"...

Ayant pris un peu d'avance, préoccupés par la longueur de l'itinéraire, il est finalement 6 h du mat' et  après s'être rapprochés de  la  grande cascade, que l'on distingue bien par le bruit qui se dégage de son débit impressionnant,  il va falloir attendre que la luminosité s'élève un peu car ça serait moche de se perdre dès le départ (et ce ne sont pas les occasions qui vont manquer dans les heures qui suivent ...) !

1er étage, de l'herbe mais aussi du caillou, ça grimpe, ça louvoie, le tout avec une vue imprenable sur la grande cascade,

? ! 

Remake de la photo des 100 plus belles, 

Juste après l'enjambement, le "CRUX" du premier étage, surplomb en IV/IV+,


A l'attaque de la "Crête des Druides", rien de très défini, on attaque droit dans les couloirs à la sortie du 1er étage,

Après s'être égarés, interrogés, avoir désescaladé, interrogés à nouveau, on retrouve non sans peine et avec soulagement, le chemin du 3ème étage, hein Philippe ?!

 Magnifique escalade et panorama sur "l'Arrête Passet",

 DÉMENT !

Au sommet après 9 heures d'efforts et d’égarements... Entourés d'un brouillard à couper au couteau,

Ah oui il a encore fallu rejoindre le refuge dans un brouillard à couper au couteau, où l'on y retrouve Serge. La boucle est bouclée, pour cette longue balade qui vaut vraiment le coup, incontournable même !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire