vendredi 15 juin 2012

Sorgintxulo - Ansabère

Difficile de résumer une journée parfaite... où tout déroule, pour s'offrir une des plus belles voies des Pyrénées!

Avec la météo capricieuses de ces dernières semaines, il aura fallu faire preuve d'une bonne dose de patience pour parer à la frustration que nous offre cette période de l'année dans les Pyrénées !

Cette voie, ça fait un bon moment que Bastien m'en parle et par ailleurs, je n'ai également entendu que du bien sur cet itinéraire, avec en toile de fond quelques histoires de buts, des longueurs en 6b/6b+ plus dur que le 7a ...

Afin de mettre toutes les chances de notre côté, on rassemble donc l'équipe de choc !

Bastien donne le ton dès l'approche! Surentraîné les baskets au pieds, il aura essayé, en vain, de me faire vomir pour rejoindre le pied de la paroi; la vengeance est immédiate : en lui infilgeant une raclée au traditionnel SHI-FU-MI, c'est moi qui attaquerai les hostilités!







 
La première longueur, 6b sur le topo, annonce d'entrée la couleur ! 
 









La seconde longueur offre déjà une belle ambiance,
 

Bastien au relais,


S'en suit la troisième longueur, superbe! 

Les affaires reprennent avec la quatrième longueur, on essaye d'oublier tout ce qu'on à pu entendre sur cette longueur en 6b+ (plus dur que le 7a!), on y envoie un Bastien surguronzé, pour s'offrir en libre la longueur la plus dur de la voie finalement !



Avant le crux,


Après le crux,




Beau boulot Bastien !


Une succession de toits, un petit passage délicat et le 7a de la 5ème longueur, ne fait pas de plis, DEMENT !
 




Mais ce n'est pas fini, l'escalade reste sérieuse et toujours aussi belle, pour arriver jusqu'aù sommet !



Encore une superbe longueur, originale et pas évidente !








Une dernière longueur, où il faut rester attentif, nous permet de déboucher aux plateaux sommitaux et nous pouvons savourer ;) !


Le mot de la fin pour Christian Ravier :

"Cet itinéraire “exceptionnel" qui allie difficulté et dénuement technologique, suit une longue fissure en excellent rocher. Si ce parcours ne possède pas l’aura du Spigolo, sa pureté et son intelligence ... le placent au rang des joyaux de la chaîne pyrénéenne” (C. Ravier, Vertical n°89, Juin 96).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire